Home Personnes CEU

Carmen Salvador : « La RSE peut apporter une dose d’humanité aux relations commerciales

61

Diplômée en Direction d’Entreprise par la CEU UCH en 2017, Carmen dirige le département de Responsabilité Sociale d’Entreprise de White Investing, une compagnie innovante dans le secteur de l’investissement

Il y a un peu plus de trois ans, Carmen Salvador a obtenu son diplôme en Direction d’Entreprise à la CEU UCH. Depuis quelques mois, elle fait partie de la compagnie d’investissement White Investing, pour diriger son projet de Responsabilité Sociale d’Entreprise (RSE). Quand, lors de l’entretien, ils ont demandé à Carmen ce qu’elle pensait qu’elle pouvait apporter à l’entreprise, elle n’a pas hésité : le développement de la RSE est pour elle ce qui apporte « une dose d’humanité à la conception des relations commerciales ». Elle a élaboré le Code d’Éthique de l’Entreprise et travaille sur son implantation et développement. Parce que, pour Carmen, « toute entreprise digne de ce nom doit incorporer des valeurs immatérielles comme partie de son patrimoine ». De plus, elle s’est rendu dans son Université, la CEU UCH, pour partager son expérience avec les étudiants actuels du Diplôme en Direction d’Entreprise et de Marketing.

Comment a été votre trajectoire depuis la fin de votre Diplôme en Direction d’Entreprise à la CEU UCH en 2017, jusqu’à intégrer White Investing en 2020 ?

Lorsque j’ai terminé mes études de Direction d’Entreprise, j’ai eu la chance de commencer à travailler, le lendemain de la présentation de ma thèse. Ce fut à la Mairie de Castellón, grâce au programme EMPUJU. J’ai tout concilié avec mes études de Master en Études Internationales et de l’Union Européenne à l’Université de Valence. Ce fut une année très intense. Après cette expérience, et compte tenu de la grande offre publique d’emplois de la Comunitat Valenciana, j’ai choisi de préparer les concours, mais comme je voyais que tous les délais étaient éloignés, j’ai commencé à chercher du travail. Ce fut un moment de grande incertitude. Je fais partie depuis plusieurs mois de White Investing et je concilie mon travail avec la préparation des concours les après-midi.

« Toute entreprise digne de ce nom doit incorporer des valeurs immatérielles comme partie de son patrimoine ».

Le modèle commercial de White Investing est très novateur dans le secteur de l’investissement, comment le définirez-vous ?

White Investing est une entreprise valencienne qui se consacre à la gestion de capital au travers d’actifs immobiliers, en identifiant des projets aux rentabilités attractives pour ses clients, les investisseurs. Dans un environnement aussi changeant que celui dans lequel nous nous trouvons, White a su adapter son modèle commercial. Ceci ajouté à la capacité de définir un Plan d’Entreprise adapté à chaque opportunité, permet un suivi continu et la création de valeur dans chacun de ses investissements avec la génération d’une rentabilité élevée. Autre aspect important, White co-investit dans chacun des outils qu’elle promeut avec un capital propre, ce qui implique un alignement total avec les intérêts de l’investisseur.

Comment est née l’option de vous choisir pour diriger le nouveau département de RSE de White ? Quelle est votre situation actuelle dans l’organigramme de l’entreprise ?

Je crois que tout s’est fait lors du premier entretien. Ils m’ont posé de nombreuses questions et l’une d’entre elles était déterminante. En réalité, toutes les entreprises devraient l’incorporer dans leurs manuels : Que croyez-vous pouvoir apporter à cette entreprise ? J’ai su que c’était une opportunité pour moi, parce qu’ils me demandaient ce que je pouvais apporter comme valeur, indépendamment de l’objectif ou du fonctionnement de l’entreprise, que je connaissais peu à ce moment-là. J’ai fait appel aux connaissances acquises pendant mon diplôme et leur application au sujet qui réellement m’avait passionné durant ma dernière année, la Responsabilité Sociale des Entreprises, thème dirigé par ma professeure Elisa Marco. Il s’agissait d’un département qui n’avait pas encore été développé dans l’entreprise et, en tant qu’entreprise innovante, ils ont vu l’opportunité d’incorporer la RSE à sa structure.

À cet instant, et bien que je réalise d’autres fonctions au sein du département Marketing et Commercial, je m’occupe essentiellement du département de RSE et comme objectif, je peux dire que nous avons déjà notre Code d’Éthique approuvé par le Conseil d’Administration.

En ce qui concerne l’organigramme, la direction de White est engagée envers ce département et comprend que la RSE, pour pouvoir être correctement implantée, doit être dirigée par la direction, puisqu’il s’agit d’un élément transversal qui implique l’entreprise dans son ensemble.

« Bien que je réalise d’autres fonctions au sein du département Marketing et Commercial, je m’occupe essentiellement du département de RSE et comme objectif, je peux dire que nous avons déjà notre Code d’Éthique approuvé par le Conseil d’Administration »

Vous venez de réaliser le premier code d’éthique de White, qu’est-ce qui a été le plus complexe ? Quels sont vos nouveaux objectifs pour faire progresser ce département de la RSE ?

En effet, le premier Code d’Éthique de White vient d’être approuvé par le Conseil d’Administration, sous réserve de modifications à mesure que s’implante la RSE, dans toutes les structures de White et dans les entreprises dépendantes de celle-ci.

Le plus complexe a été de commencer de zéro, en identifiant tous les groupes d’intérêts et en établissant les engagements qu’allait acquérir White envers ceux-ci. Mais je dois confesser que j’ai reçu une grande aide de la part de ma professeure Elisa Marco, qui à tout moment m’a conseillé.

Après son approbation, l’étape suivante a été d’établir le plan d’action interne, c’est-à-dire, les mesures concrètes qui permettent de matérialiser les engagements acquis dans le Code d’Éthique et qui, par la suite, seront évalué quant à leur respect avec les indicateurs que nous établissons dans le Mémoire Annuel.

« Aux étudiants d’aujourd’hui, je dirais de ne pas oublier les valeurs apprises lors de l’étape universitaire : elles ont une empreinte propre qui les aidera à prendre de bonnes décisions tout au long de leur vie ».

Vous avez pu revenir dans votre Université, en tant qu’invitée à la matière de RSE, où les étudiants de Direction d’Entreprises et de Marketing ont travaillé sur le cas de White. Comment a été cette expérience de revenir dans les classes de la CEU UCH, maintenant en tant que professionnelle ?

Ce fut très gratifiant. Je sens que le CEU a été ma deuxième maison pendant longtemps et revenir sur les lieux où je me suis toujours sentie bien me remplit de vie. Lorsque j’ai contacté Elisa pour l’informer de mes nouveaux défis quant à la RSE, elle m’a proposé de revenir pour présenter l’entreprise White. Enthousiasme et stress ont été les premières sensations, mais je n’ai pas réfléchi, j’ai tout de suite accepté (avec l’accord de White) et nous avons commencé à travailler conjointement pour élaborer un bon Code d’Éthique.

Les nouvelles générations sont entraînées pour se défendre dans la complexité et ressentent le besoin de chercher des solutions créatives qui permettent de continuer d’avancer et de générer à l’entreprise une valeur ajoutée. Pour White, ça a donc été une expérience fructueuse, de laquelle nous sommes tous reconnaissants.

                           

Quel conseil donneriez-vous aux étudiants qui se forment aujourd’hui sur les bancs sur lesquels vous étiez il y a si peu de temps ?

Je leur dirais que nous sommes dans une course de fond, il est important de garder la foi et d’apprendre de tout ce qui arrive. Il y a plusieurs lectures ce tout ce qui nous arrive, le bon et le moins bon, mais savoir affronter avec courage et perspective, vous aide à prendre les décisions correctes. Avant tout, le plus important c’est qu’ils n’oublient pas les valeurs apprises lors de l’étape universitaire, elles ont une empreinte propre qui les aidera à prendre de bonnes décisions tout au long de leur vie.

Croyez-vous que la RSE est un domaine qui a du potentiel dans le monde de l’entreprise de l’avenir ?

Je crois que la RSE va toujours être nécessaire, quel que soit le stade de développement d’une entreprise. Il sera également nécessaire de l’adapter au milieu changeant dans lequel se développent les entreprises. Mais plus encore par les temps à venir, parce que la RSE peut apporter une dose d’humanité dans la conception des relations commerciales. Toute entreprise digne de ce nom doit incorporer des valeurs immatérielles comme partie de son patrimoine.

08